Une épave

#Attachements #Faune

lecture d’Alexis Fichet

Royale, une dorade grillait
Sur le barbecue du pêcheur.
Juste vidée, elle brillait :
On était sûr de sa fraîcheur.

Les braises étaient intenses.
La peau sous les écailles
Rendait un jus très dense :
Son ultime bataille.

Puis le corps de la bête
Se mit à rétrécir,
Et les grandes arêtes
Commencèrent à sortir.

En retournant la grille,
Le mangeur se souvint
d’un bateau sur la quille.
Il se servit du vin.

Les arêtes faisaient
Un mouvement dans l’air
Qui lui remémorait
Un bateau sans sa chair.

Il connaissait une anse
Où deux vieilles carcasses
Esquissaient une danse
Tristement efficace.

Ce cimetière de bateau,
Sur les bords de la grève
Semblait tiré d’un rêve,
Parfait pour les photos.
Le geste des étraves,
Lancées comme des piques
Transformait chaque épave
En un vaisseau antique.

Le poisson est dressé
Comme un vaisseau blessé,
Tous les deux sont noircis,
Et l’image endurcie.

Le pêcheur est rêveur,
Branché synesthésie,
La dorade est son leurre,
Fragment de poésie.

— Alexis Fichet